• Je vais bien ! ! !

     

    Rien de nouveau aujourd'hui à propos de Panthère.

    Je pense à lui.

    Etrangement, je pense davantage à lui depuis que je suis consciente qu'il n'y a aucune chance que je connaisse la chaleur de ses bras, la douceur de ses baisers, ...

    Ces derniers jours, Ti Punch m'a appelé deux fois mais je n'ai pas répondu.

    Je choisis d'être aux abonnés absent pendant un moment pour lui ...




    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Je cherchais dans mes souvenirs, sur le web et dans mes livres un poème ou une chanson qui saurait traduire mes états d'âme... Pour que je puisse mettre en mots ce que je ressens par rapport à cette non histoire avec Panthère...

    J'ai trouvé des poèmes très beaux comme celui du sonnet d'Arvers,

    <o:p> </o:p>

    Sonnet d'Arvers

    (Sonnet imité de l'italien)

    <o:p> </o:p>

    Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,

    Un amour éternel en un moment conçu :

    Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,

    Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

    <o:p> </o:p>

    Hélas ! J'aurai passé près d'elle inaperçu,

    Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.

    Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,

    N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

    <o:p> </o:p>

    Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,

    Elle suit son chemin, distraite et sans entendre

    Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

    <o:p> </o:p>

    À l'austère devoir, pieusement fidèle,

    Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle

    " Quelle est donc cette femme ? " et ne comprendra pas.

    <o:p> </o:p>

    ou encore Alfred De Musset,

    J'aime, et je sais répondre avec indifférence ;
    J'aime, et rien ne le dit ; j'aime, et seul je le sais ;
    Et mon secret m'est cher, et chère ma souffrance ;
    Et j'ai fait le serment d'aimer sans espérance,
    Mais non pas sans bonheur ; - je vous vois, c'est assez.

    Non, je n'étais pas né pour ce bonheur suprême,
    De mourir dans vos bras et de vivre à vos pieds.
    Tout me le prouve, hélas ! jusqu'à ma douleur même...
    Si je vous le disais pourtant, que je vous aime,
    Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?

     

    <o:p> </o:p>

    Sans oublier Marbeuf :

    Si l'eau pouvait éteindre ce brasier amoureux

    Ton amour qui me brûle est si fort douloureux

    Que j'eusse éteint ce feu de l'amer de mes larmes

    Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes

     

     

    <o:p> </o:p>

    Dans les chansons, j'ai apprécié Charles Aznavour avec il faut savoir...

    <o:p> </o:p>

    Il faut savoir encore sourire quand le meilleur s'est retiré

    Et qu'il ne reste que le pire dans une vie bête à pleurer

    Il faut savoir coûte que coûte garder toute sa dignité

    Et malgré ce qui nous en coûte s'en aller sans se retourner

    Face au destin qui nous désarme et devant le bonheur perdu

    Il faut savoir Cacher ses larmes mais moi, mon coeur, je n'ai pas su

    Il faut savoir quitter la table lorsque l'amour est desservi

    Sans s'accrocher l'air pitoyable mais partir sans faire de bruit

    Il faut savoir cacher sa peine sous le masque de tous les jours

    Et retenir les cris de haine qui sont les derniers mots d'amour

    Il faut savoir rester de glace et taire un coeur qui meurt déjà

    Il faut savoir garder la face mais moi je t'aime trop mais moi je ne peux pas

    Il faut savoir mais moi je ne sais pas...

     

    <o:p> </o:p>

    Les textes m'ont éblouis...
    Mais à chaque fois j'avais ce même sentiment : ils sont trop profondément tristes, ils expriment un trop grand désespoir. Je ne peux comparer ce petit pincement qui effleure mon cœur à cette douleur immense qui dévore le leur...


    Finalement, oui, je peux dire que je vais bien ! Que je vais très bien !!!

    <o:p> </o:p>

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Juin 2007 à 16:02
    mais alors
    tant mieux si tu vas bien et si ce n'est qu'un petit pincement au coeur :) bisou !
    2
    Mercredi 6 Juin 2007 à 21:12
    comme
    je suis heureuse de te savoir heureuse..tes poemes sont un delice..merci.tres bonne soiree.domie.bisous.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :